Ministère
Ressources Halieutiques
Surveillance Maritime
Recherche & Formation
Industrie de pêche
Coopération
Le Ministre des Pêches et de l’Economie Maritime présente la Baie de Lévrier


La baie du Lévrier est un espace situé dans la partie nord-ouest du littoral mauritanien, bordé à l’ouest par la presqu’île du cap Blanc, elle regroupe un ensemble de petites baies adjacentes (baie de l’étoile, baie d’Archimède, baie du repos, baie de Cansado, etc.). Cette baie présente des potentialités exceptionnelles dues, à la fois, à sa position géographique stratégique et à sa richesse biologique naturelle.

La baie du Lévrier comporte deux sites naturels de grande importance écologique : la réserve satellite du cap Blanc, classée patrimoine mondiale, reconnue par son rôle de protection de la dernière colonie du phoque moine et la baie de l’étoile, site reconnu et candidat pour être classé espace protégé.

Cette baie est intimement liée aux activités portuaires et industrielles et abrite les ports de pêche, le port minéralier et le terminal pétrolier en plus des activités industrielles de pêche notamment. Le littoral mauritanien est devenu fortement convoité pour l’implantation de multitudes activités industrielles conjugué au développement urbain croissant.

La présence des activités industrielles dans un environnement hautement sensible, comme celui de la baie du Lévrier exige la prise des mesures nécessaires pour concilier les usages avec la préservation de la biodiversité et de l’environnement marin et côtier dans la perspective du développement durable.
Malheureusement cette baie a toujours été le réceptacle, depuis plusieurs années déjà, des déversements des déchets provenant de différentes sources de pollution (Port minéralier, Centrale électrique, PAN-NDB, EPBR, les égouts de Cansado, la MEPP, la SMGI, etc…).
La Baie du Lévrier reçoit des rejets anthropiques solides ou liquides d’origine domestiques ou industriels (apports terrigènes du fait des vents dominants), dont entre autres des huiles usées résultantes de l’activité des navires et usines à terre.
En plus, le renouvellement lent des eaux de la Baie caractérisée par une courantologie faible accentue l’accumulation des déchets qui finissent leur parcourt dans cette aire écologique, qui du reste est indissociable du Banc d’Arguin également vulnérable auxdits rejets
Aujourd’hui encore, avec le développement des activités industrielles à Nouadhibou d’une part et le développement urbain avec la création de la Zone Franche de Nouadhibou d’autre part, les sources potentielles de pollutions se multiplient et par conséquent le caractère naturel de l’environnement marin de la Baie du Lévrier est compromis d’autant plus qu’il y a une absence de mécanisme de suivi pérenne de l’environnement marin, dont dépendrait un système d’alerte précoce. 
C’est ainsi que dans le cadre de sa nouvelle Stratégie prévue pour la période 2015-2019, le Département a pris des mesures visant à accompagner le développement durable des industries de pêche en matière d’hygiène et de salubrité de l’environnement marin et côtier et où figure en bonne partie la reconversion des activités des usines de farine dans le cadre de la mise en place de complexes intégrés, de manière à ce que la farine soit produite à partir de rebus et de sous produits des usines de transformation.
Récemment, suite à l’observation d’une mortalité élevée d’espèces de poissons, notamment dans la frange juvénile, qui résulterait d’une dégradation du niveau de la qualité du milieu de la Baie, les services techniques du Ministère ont dépêché des équipes qui ont prélevé des échantillons dans différents points de la Baie.
Les résultats d’analyses réalisées par les laboratoires de l’Office National d’Inspection Sanitaire des Produits de la Pêche et de l’Aquaculture (ONISPA) en date de Novembre 2017, ont montré une baisse drastique de la teneur en oxygène dissout, une baisse de la salinité, une élévation anormale de la température de l’eau et une forte turbidité de l’eau au niveau de la Baie.
Sous la lumière des rapports par ses services compétents, le Ministre a suscité une mission qui l’a conduit à Nouadhibou où il a pu constater l’ampleur des déversements directs des déchets sans aucune forme de traitement de la part des industries de place (Ports, centrale électrique, égouts de Cansado, etc.), notamment les usines de farine et huile de poisson, effectuées dans la Baie.
Face à cette situation intolérable, des mesures urgentes ont été prises :
- L’arrêt immédiat des activités des établissements qui ne sont pas aux normes requises en matière déversement des eaux usées et ne disposant pas de système de traitement des fumées et des odeurs, prévues dans le cahier de charges des concernés ;
- L`arrêt immédiat des navires a la pêche côtière aux poissons pélagiques, dont les produits débarqués sont insalubres ;
- Les armateurs ont été invité à faire prendre les mesures nécessaires pour la bonne conservation des produits à bord et au débarquement et de se conformer aux exigences environnementales ;
- La création d`une Commission Technique Régionale, sous l’autorité du Wali, pour le suivi des mesures adoptées.



Date de publication 08/12/2017
Evénements
- Livret pratique d’autocontrôle pour la Pêche Artisanale
Publications
Stratégies
Plan d’action
Cadre d’investissement
Plans d’aménagement
Procédures
Autres Documents
Initiative de Transparence dans le Secteur Halieutique (FiTI)
Présentation de la FiTI
Documents FiTI
PVs
Communiqués & Avis
Avis
Communiqués
Appel d’Offres
Vidéothèques
Suivez-nous
Photothèques


Ministère des Pêches et de l'Économie Maritime
Télephone: 45 25 99 70 - Fax: 45 29 71 04
B.P: 137 Nouakchott - Mauritanie
Copyright 2015 MPEM - Tous droits réservés.